Ambassade de la RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO Ottawa - Canada

SECTEUR DU TOURISME

SECTEUR DU TOURISME

I. Potentialités

La RDC offre une gamme variée d’attraits touristiques à travers différentes provinces qui présentent des particularités multiformes à même d’être exploités pour le développement de plusieurs types de tourisme (balnéaire, culturel, loisirs, découverte, affaires, safaris…).

Il s’agit de :

  • 25 millions d’hectares, soit 10,47 % du territoire national constitué en aires protégés ;
  • 7 parcs nationaux et 57 Réserves et Domaines de Chasse dont 5 figurant sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO (VIRUNGA*, KAHUZI BIEGA*, GARAMBA* SALONGA* et la Réserve à faune à OKAPIS) ;
  • 4 espèces endémiques : Gorille de montagne, Okapi, Bonobo (chimpanzé nain), Paon congolais ;
  • une variété d’écosystème couvrant près de 145 millions d’hectares, soit le second massif de forêts tropicales du monde après l’Amazonie et une des réserves de biodiversité de la planète ;
  • sites naturels ((le Fleuve Congo, le littoral Atlantique (37 km), les chutes impressionnantes, les lacs et leurs contours, les zones montagneuses de l’Est) ; construits (monuments du patrimoine, édifices religieux ; et culturels (un riche mixage des cultures et traditions autour de 450 ethnies), marchés d’œuvres d’arts, les sites historiques ;
  • 70.000.000 d’habitants, la population congolaise est une cible privilégiée des promoteurs de tourisme, plus particulièrement la jeunesse en quête de loisirs ;
  • des infrastructures d’accueil : 284 plates formes aéroportuaires dont 5 aéroports internationaux, 349 agences de voyages réparties en trois catégories dont celles affiliées à IATA et d’autres locales ; 2.365 hôtels non classés et classés avec une capacité d’accueil globale installée de 27.963 chambres ; 4.500 km de voies navigables ;
  • plusieurs services d’appui au déploiement des activités touristiques, au nombre desquels figurent : le transport, les agences de voyage, l’hébergement et la restauration.

II. Atouts

  • De par sa position stratégique sur l’Equateur au cœur de l’Afrique, la RDC est située au carrefour des destinations finales ou initiales des circuits touristiques d’Afrique Australe, Centrale et de l’Est.
  • Différentes voies de liaison des provinces permettent d’organiser des circuits inter-provinciaux et intra-régionaux sur différents axes touristiques à travers les 11 provinces et à partir des 9 pays frontaliers que compte la RDC.
  • Le partage des produits touristiques communs avec les pays frontaliers ainsi que le prolongement des destinations des espaces régionales, sont autant d’opportunités pour accroître les marchés existants et entraîner de nouveaux marchés touristiques, dans les régions des Grands Lacs, de la SADC, du COMESA et de la CEEAC dont la RDC fait partie.
  • La RDC enregistre un flux migratoire croissant, dominé par la jeunesse (plus de 60 % de la population et de la classe moyenne), la diaspora congolaise ainsi que des visiteurs internationaux du monde des affaires et de la culture

III. Cadre légal

Le Gouvernement de la RDC a inscrit parmi les priorités gouvernementales, la relance du tourisme. Ce secteur d’antan sous-produit de l’environnement, a été constitué en Ministère qui sera incessamment doté d’une loi-cadre en cours d’élaboration.

IV. Réalisations

  • Processus de restauration de la paix en phase finale ;
  • Rénovation des jardins botaniques et zoologiques de Kinshasa à travers le Partenariat Public-Privé ;
  • Travaux de modernisation de 4 aéroports principaux de Kinshasa, Lubumbashi, Goma et de Kisangani ;
  • Accompagnement à l’agrément d’une centaine de projets d’investissement touristiques dont 85 projets hôteliers ;
  • Renforcement de la capacité d’accueil avec la réhabilitation et la modernisation de quelques Hôtels du patrimoine congolais à travers le partenariat Public-Privé dont les 3 hôtels 5 étoiles (Grand Hôtel Kinshasa et Fleuve Congo Hôtel à Kinshasa ; Grand Karavia Hôtel à Lubumbashi) ;
  • Création d’une compagnie aérienne nationale ;
  • La réduction à quatre, du nombre des services étatiques devant opérer dans les postes frontaliers (Direction Générale de Migration, Service d’Hygiène, Office Congolais de Contrôle et Direction Générale des Douanes et Accises) ;
  • Ouverture du pays aux grandes manifestations et autres rencontres internationales (forums, congrès, sports, conférences,…) ;
  • Réhabilitation et construction des sites historiques et création des espaces publiques d’agrément.

V. Perspectives

Au cours de l’année 2013, la RDC a révisé son plan directeur projeté sur 15 ans avec comme objectifs d’atteindre à terme 1.146.962 touristes internationaux et des recettes de 17.300.000.00 $ US estimé à 10 % de la valeur du PIB congolais en 2012.

Pour générer ces flux, les domaines d’intervention ci-après sont concernés :

  • Promotion et préservation des espèces animales phares : réhabilitation des parcs nationaux, création des niches écologiques, réhabilitation des voies d’accès ;
  • Promotion du Tourisme vert : Conservation de l’environnement ;
  • Valorisation des réserves et sites naturels : Création des sites de loisirs, parcs d’attraction ;
  • Offre en Transports touristiques (aérien, routier, fluvial et lacustre) ;
  • Création des sites d’hébergement : création d’hôtels et infrastructures d’accueil et d’animation touristiques dans la perspective de la décentralisation, les nouvelles provinces auront besoin de créer des hôtels de haut standing ;
  • Création des services des agences et bureaux de tourisme ;
  • Appui à la formation et à la promotion du Tourisme (Guide, montage site web, agence de tourisme en ligne, conception et production des supports promotionnels).

Les projets d’investissements ciblés relèvent du partenariat public-privé et nécessitent des études de faisabilité.

 

source: http://investindrc.cd/